01.jpg

Préambule - éthique animale

L’Université du Québec à Montréal (UQAM) reconnaît qu’elle a la responsabilité de veiller à ce que l’utilisation des animaux en science (recherche et enseignement) respecte les standards les plus élevés en matière de bien-être animal, en accord avec les visées des recherches évaluées au plan du mérite scientifique et celles de la formation scientifique universitaire. Sont désignés comme animal tous les vertébrés et les céphalopodes dont le stade de développement a passé l’organogénèse.

Définition de l'éthique animale

En recherche et en enseignement, l’éthique animale peut se définir comme étant un questionnement sur la nécessité de chercher à maximiser le bien-être des animaux. De façon plus générale, elle pose la question du bien-fondé moral de l’expérimentation et celle des devoirs envers les animaux ainsi que leurs droits. Elle englobe la science du bien-être animal dont les buts sont l’amélioration des pratiques par l’établissement de standards de conformité (élevage, hébergement, anesthésie, chirurgie, euthanasie, etc.) et, par le fait même, la contribution à une prise de décision morale juste (Selon le philosophe Kurt Baier, une décision morale juste doit reposer sur les meilleures raisons à l’appui d’une ligne de conduite plutôt qu’une autre (The point view of morality)).

Le principe des Trois R

Outre les mécanismes d’évaluation et de surveillance des protocoles de recherche et d’enseignement, selon le principe éthique des Trois R (remplacement, réduction et raffinement), l’Université s’est donné comme mission de promouvoir, auprès de l’ensemble des utilisateurs d’animaux en science, une culture de la responsabilité éthique par le biais d’un programme de formation alliant théorie et pratique. La prise en compte du principe éthique des Trois R fait partie intégrante, non seulement de la mise en œuvre d’un projet, mais également de sa conception. S’ajoute à l’adhésion, sans équivoque, à ce principe celui du Respect de l’animal c’est-à-dire l’empathie, la compassion, la sensibilité et le souci du bien-être physique et psychologique des animaux.

Normes et règles

Les normes et règles en matière d’expérimentation et de soins à prodiguer aux animaux à l’UQAM, tant en laboratoire qu’en milieu naturel, sont principalement définies par le Manuel sur le soin et l’utilisation des animaux d’expérimentation et certains documents des lignes directrices (actuellement en révision) du Conseil canadien de protection des animaux en science (CCPA). Le CCPA est l’organisme national responsable de la mise en place et du maintien des normes relatives au soin et à l’utilisation des animaux en science et dans les tests à travers le Canada. Il s’agit d’un organisme sans but lucratif, autonome et indépendant, constitué en 1982 et soutenu par le Conseil de recherche en sciences et en génie du Canada (CRSNG) et par les Instituts canadiens de recherche en santé (IRSC). Les utilisateurs d’animaux en science à l’UQAM disposent également d’un pdfcadre normatif sur l’éthique d’utilisation d’animaux en recherche et en enseignement (2012).

Certificat de bonnes pratiques animales

En date du 8 décembre 2014, le Conseil canadien de protection des animaux (CCPA) a renouvelé la certification accordée à l'UQAM attestant que son programme de soin et d’utilisation des animaux rencontre les normes de Bonnes pratiques animales – BPA(MD) telles que définies par le CCPA.