02.jpg

Art, culture et mieux-être

Vers le partage des mieux-être : conception d’un cadre pour favoriser l’expérience de l’art et de la culture comme dynamique sociétale.

Le Québec du XXIe siècle est confronté à un ensemble de défis de taille. Pour y faire face nous posons l'expérience de l'art et de la culture comme catalyseur de «mieux être» permettant d'améliorer le cadre de vie sociétal, environnemental et individuel. Art et culture sont des laboratoires de vie et de créativité où s'inventent d'autres façons d'être et de faire, des domaines privilégiés d'expérimentation de dispositifs, de matériaux, de postures et de méthodologies où il est possible d'introduire des éléments inattendus et des approches singulières. Ajoutons que, dans un contexte d'économie du savoir et de la mondialisation, art et culture sont appelés à jouer un rôle essentiel comme plusieurs l'ont montré.

visuel ACME

Depuis quelques décennies, de nouvelles pratiques artistiques et une autre vision de la culture émergent. Elles ont le souci d'inclure des publics plus diversifiés et d'interpeller

des gens à titre de partenaires pour réaliser des projets hors cadre, dans les milieux de vie, de travail, dans la rue, à l'hôpital, dans des espaces publics. Ces formes d'art et ces approches de la culture se manifestent de diverses façons : actions directes sur le terrain, interventions auprès de groupes, accompagnement auprès de populations vulnérables, collaborations avec des scientifiques, médiation sur diverses scènes. Toutes ces pratiques visent un « mieux être » ou, plus précisément des « mieux être » aux retombées multiples : physiques, psychologiques, sociales, environnementales, économiques.

L'articulation ART/CULTURE/MIEUX-ÊTRE s'inscrit dans cette tendance. Elle permet de dépasser le strict milieu de l'art et d'amorcer un cheminement combinant recherche, création et intervention. Cela permet aussi de revoir les modes de transmission et le questionnement sur la réception des publics et l'appropriation, par ces derniers, de l'expérience culturelle. ART/CULTURE/MIEUX-ÊTRE permet en outre de faire valoir des aspects de recherche fondamentale et de création qui prennent un autre sens dans un contexte d'actions ou d'interventions grâce à l'émergence de méthodologies inédites et au dévoilement de processus encore inexplorés. Diverses expériences en ce sens révèlent que l'art et la culture peuvent vraiment changer la façon de voir, de penser et même les façons de vivre. En d'autres termes tout comme il est possible de concevoir «les soins à domicile» (SQRI 2010), et le patient partenaire (Christian Paire), il est urgent d'envisager un «mieux-être» de proximité et de contact à travers l'art et la culture. Plusieurs programmes subventionnaires se sont déjà engagés dans cette voie. Citons ici deux grands projets qui ont d'importantes retombées : le programme interministériel français «Culture à l'hôpital» qui date de 1999 et le «Be Creative, Be Well» du Art Council England 2007-2012.

Cette perspective ouvre sur plusieurs voies de recherche qui contiennent et reflètent diverses préoccupations orientées vers le mieux-être.

  • Art, culture : participation citoyenne et communautés
  • Art, culture : questions identitaires et altérité
  • Art et culture : créativité dans l'espace de la santé
  • 4) Art, culture : interfaces et expérimentation
  • Art, culture : espace public et environnement
  • Art, culture : mémoire collective, patrimoine et archives
  • Art, culture : espaces et expériences du ludique

Chacun de ces axes conjugue recherche, création, action et intervention. Ils incluent implicitement des objets plus spécifiques: l'autre dans sa différence, le corps, performant, représenté, remodelable, augmenté, souffrant, vieillissant, les technologies de communication, de médiatisation et de mémorisation le milieu de vie, l'habitat et la mobilité, l'image, les objets culturels, l'écrit. Par contre, si la structure axiale permet de regrouper ces objets pour que les expertises et les préoccupations des chercheurs et des créateurs soient associées, nous avons aussi cherché à l'élargir en lui donnant un cadre qui permettrait de les voir se croiser et s'activer autrement.

Penser autrement

Notre projet de «chantier» autour de l'équation ART/CULTURE/MIEUX-ÊTRE s'inspire du concept de «Research Impact» (l'Université York, 2006) :

«Knowledge Mobilization is Turning Research Into Action : «Since 2006, ResearchImpact, Canada's knowledge mobilization network, has been providing knowledge mobilization services to universities, communities and government agencies. Knowledge mobilization connects research and researchers with people and organizations seeking to develop sustainable solutions to social, environmental, economic and cultural challenges.»

La « recherche/impact » nous a amenés à penser un modèle qui place le « contact » entre artistes, chercheurs et partenaires au cœur de l'intervention artistique et de l'expérience culturelle. Pour qu'il y ait impact, il doit y avoir contact. Qu'il s'agisse de la réalisation d'un projet de création, de la collaboration autour d'une expérience artistique, de la résolution d'un problème communicationnel, ergonomique, du partage des connaissances, de la construction de la mémoire, de l'identité, et de la culture comme telle, le contact avec un partenaire appartenant à un milieu extérieur au monde de l'art amène une transformation significative. Par le «CONTACT» nous pensons que les possibilités d'arrimer ART, CULTURE et MIEUX-ÊTRE se trouvent multipliées.

Ainsi donc dans ce nouveau cadre apparaît tout un ensemble de déterminants (ex : lieux, partenaires) dont l'importance dans le développement de ces pratiques de recherche et de création est fondamentale. S'y recoupent Art, Action, Culture, Création, Communautés, Contact, Interdisciplinarité, Impact, Innovation, Invention, Recherche. (voir graphique)

Enfin, ce modèle, qui reste à être développé, a le mérite d'arrimer les recherches et les créations aux enjeux et priorités de recherche énoncées par les Fonds et aux besoins réels d'une société en mutation.